Image d’une Bible faisant partie de la collection 
d’objets personnels du père Eugène Prévost

Actualités : Medios > Archives

Archives

Activités des Associés
28.04.2017

Les personnes associées à l’Œuvre du père Eugène Prévost se réunissent à Montréal. Comme les années passées, trois rencontres sont prévues en 2017 : les dimanches 12 mars, 4 juin et 15 octobre.

La rencontre du 12 mars aura lieu à l’Oratoire Saint-Joseph; les associés, ainsi que toutes les personnes intéressées, pourront participer à la célébration eucharistique pendant la neuvaine à saint Joseph, patron principal de notre pays ainsi qu’un des patrons choisis par le père Prévost pour ses congrégations de la Fraternité sacerdotale et des Oblates de Béthanie. Les détails sur cette célébration, ainsi que sur les rencontres suivantes, seront diffusés dès que possible.



Vue extérieure de l'Oratoire Saint-Joseph de Montréal
Oratoire Saint-Joseph
de Montréal

Les rencontres de juin et octobre auront lieu le dimanche, à 14 heures; elles se tiennent habituellement à la Fraternité Sacerdotale (4565, rue Notre-Dame Ouest, Montréal, presbytère de l’église Saint-Zotique).



Module graphique de points décoratifs

Inauguration de l’espace muséal du Père Eugène Prévost
28.04.2017

La Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, en collaboration avec la communauté des Oblates de Béthanie, a inauguré officiellement l’espace muséal Père Eugène Prévost, le 1er août dernier, dans la cathédrale de Saint-Jérôme. Ce projet est l’aboutissement d’un rêve pour les Oblates de Béthanie qui voient la mémoire de leur père fondateur honoré dans sa ville natale au jour de son 70e anniversaire de décès.

Né à Saint-Jérôme en 1860, Eugène Prévost a fondé deux congrégations religieuses : la Fraternité Sacerdotale, communauté masculine et les Oblates de Béthanie, communauté féminine. Son objectif : venir en aide aux membres du clergé, particulièrement ceux éprouvant des difficultés de toute nature, tout en laissant un héritage spirituel glorifiant Jésus Prêtre, source de tout sacerdoce. Cette exposition vise à faire davantage connaître le père Prévost et son œuvre.

Issu de la célèbre famille Prévost de Saint-Jérôme, dont les membres étaient surnommés les Lions du Nord, le père Eugène Prévost, dès son jeune âge, a souhaité être un saint et a œuvré toute sa vie en ce sens. À peine quelques années après son décès, les premières démarches sont entreprises en vue de sa béatification et sa canonisation. Suite au procès diocésain, la cause est maintenant étudiée à Rome par la Congrégation pour les Causes des saints.

Il est à noter que cette exposition est le fruit d’une collaboration entre les Oblates de Béthanie et la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, ainsi que la Fraternité Sacerdotale et la paroisse de Saint-Jérôme qui accepte d’accueillir dans la cathédrale cet espace muséal. Toute la population est invitée à découvrir ce lieu de mémoire comprenant quelques documents d’archives de même que des objets religieux et de la vie quotidienne du père Eugène Prévost.

Adapté d’un communiqué de Linda Rivest, directrice générale et archiviste, Société d’histoire de la Rivière-du-Nord






Autel de l'oratoire de la Sainte Face
PHOTO I
Dans la sacristie de la cathédrale, l’autel est celui qui était dans l’oratoire de la Sainte-Face,
chapelle privée de la famille Prévost plus tard déménagée à Pointe-du-Lac.
On reconnaît le tableau dessiné par Céline Martin, sœur de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus,
que le père Prévost a fait diffuser tant en France qu’au Canada.
© Photo : Denise Morneau




Objets personnels ayant appartenus au père Eugène Prévost
PHOTO II
Une vitrine regroupe des objets usuels du père Prévost,
notamment sa soutane et ses habits sacerdotaux, des vases sacrés lui ayant appartenu,
des photos de famille (étagère du côté), son chapelet, ses lunettes…
© Photo : Denise Morneau




Sœur Marielle Chrétien, c.o.b., entourée de membres de la famille du père Prévost
PHOTO III
Sœur Marielle Chrétien, c.o.b., entourée de membres de la famille du père Prévost,
notamment sa nièce Thérèse Prévost-Masson (quatrième) et son neveu Eugène Prévost
accompagné de son épouse Madeleine Léonard-Prévost (cinquième et sixième).
© Photo : Denise Morneau



Module graphique de points décoratifs

Un clin d’œil du Père Prévost
28.04.2017

Le Vicaire général du diocèse de St-Jérôme et curé de la Cathédrale nous informe : « Ce matin, nous avons eu un bon dégât d’eau dans la cathédrale. Des employés sont venus faire des tests pour les gicleurs et un tuyau s’est brisé. L’eau descendait du plafond de manière très, très abondante. Le tout est tombé sur le côté de l’Espace muséal du père Eugène Prévost que nous avons inauguré le 1er août dernier. La bonne nouvelles est que le père Prévost a veillé sur tous ses objets : rien n’a été souillé. Ni le mannequin avec la chasuble, ni les cadres, ni rien. Le père Prévost nous a aidés, un autre petit miracle : durant l’inondation, j’ai sorti tous les objets de la vitrine pour les mettre à l’abri, je marchais à travers l’eau qui nous dégouttait dessus, mais les objets eux n’ont rien eu. Désolé de vous annoncer cette triste nouvelle, mais le beau de cette situation, c’est que nous allons tout remettre en place dès que possible. Rendons grâce à Dieu pour son aide. » (Mgr Martin Tremblay)



Mgr Martin Tremblay, vicaire du diocèse de Saint-Jérôme, Québec
Mgr Martin Tremblay
Vicaire général du diocèse de St-Jérôme


Une page Facebook pour le père Prévost!
28.04.2017

Depuis quelques mois déjà existe une page Facebook consacrée au Serviteur de Dieu, le père Eugène Prévost. Sous la responsabilité de quelques membres associés, dont leur animateur, le frère Michel Lagrois, c.f.s., elle vise à mieux faire connaître le père Prévost et ses œuvres. Elle permet aussi aux « amis » de la page de communiquer entre eux et de s’unir dans la prière. Vous êtes cordialement invités à la visiter et à envoyer une demande d’amitié.


Il y a 70 ans : le père Eugène Prévost retrouve Jésus au ciel
19.01.2017

En fin de mai 1946, la vie continue à Béthanie, avec une attention constante au père Eugène que les chaleurs accablent. Combien lui serait bienfaisant un séjour à La Beuvrière! Mais le père n’y consent pas... jusqu’à ce que, le 2 juillet, la Vierge de la Visitation sans doute l’incite à une subite détermination. Il partira le soir même pour La Beuvrière, accompagné de son indispensable infirmier, le frère Liguori. Le départ est plutôt émouvant. Porté par ses frères dans une petite chaise à brancard, le père arrête à la chambre de mère Thérèse de Jésus qui n’est pas encore autorisée à marcher, il descend à la chapelle où les sœurs réunies lui chantent les cantiques qu’il aime. Ensuite, il fait une halte au préau pour bénir les sœurs avant de monter dans la voiture. Il part et elles le suivent des yeux et de leur prière : « Le reverront-elles? »

Masque en plâtre du père Eugène Prévost
Masque en plâtre du visage du père Prévost
réalisé après sa mort.

La maison paraît déserte, sans lui. Mais de savoir, des le lendemain, qu’il se sent dans un « petit coin du ciel », atténue les regrets. Le même soir, une surprise devient une heureuse compensation. Béthanie aura une maison d’été où les sœurs pourront prendre des vacances et ce lieu de repos ne sera autre que le site enchanteur de La Beuvrière! La première appelée à ce bienfait, ce sera mère Thérèse de Jésus dès qu’elle pourra mettre pied à terre et se déplacer en fauteuil roulant. Le 10 juillet, elle sera à La Beuvrière — donc auprès du père Eugène — où cinq petites sœurs la rejoindront le lendemain. De semaine en semaine, la liste des appelées s’allongera, souvent pour porter secours à l’entretien de la grande maison, mais aussi pour donner à toutes les sœurs le privilège d’approcher du père Eugène, particulièrement aux dernières arrivées du Canada. […]

Et l’attente continue. Le 31 juillet, le père, rapporte-t-on, vit un martyre physique et moral... Le père vicaire ne le quitte plus. Le lendemain 1er août 1946, quarante-sixième anniversaire du jour où le père Prévost fut délié de ses vœux de religieux du Saint-Sacrement, pour se consacrer tout entier à son Œuvre sacerdotale, le Christ, Prêtre et Victime, vient accueillir son tout aimant disciple. Il est dix-huit heures moins le quart. Entouré de ses fils et de ses filles, ceux et celles qui sont à la Beuvrière, le fondateur peut fermer les yeux et garder le silence. Son œuvre est écrite, imprimée sur le papier, dans les esprits et dans les cœurs. Son long désir est réalisé. Il l’avait consigné sur un de ses feuillets : « Laissez-moi vous contempler, ô Jésus, mon Bien-Aimé. Il est temps de nous voir sans ombre, de nous posséder sans retour et de nous aimer sans fin. Jésus! Jésus seul! »


Extrait de Michelle GARCEAU, p.f.m.,
Dieu trace le chemin,
pages 331-333



Il y a 100 ans : le père Prévost commence son ouvrage majeur

Depuis longtemps, le père Prévost désirait écrire sur Jésus Prêtre. Une période de repos forcé, pendant la Première Guerre mondiale, lui permet de commencer ce grand projet. En février 1916, il s’est installé à Béthanie où la température constante, exigée par le bon fonctionnement de la presse à imprimer, convient davantage à son rhumatisme. Il rédige des Conseils et des Signets. Puis, au début d’avril, il entreprend la rédaction de Jésus mieux connu et plus aimé dans son Sacerdoce. Il termine la rédaction du premier tome à la mi-avril, du deuxième le 16 mai, et du troisième vers la mi-juillet. Le suivant sera rédigé en 1928, les deux derniers en 1934, et l’ensemble sera imprimé par les Oblates, entre 1918 et 1950 (le dernier tome est publié à titre posthume, quatre ans après son décès).

Peinture de Jésus-Prêtre et Victime
Jésus-Prêtre et Victime

Le 31 octobre 1916 : « J’ai failli passer par un autre deuil bien sensible. Le cher Père Darracq a été à la mort, on l’a administré. […] Je suis moi-même bien fatigué, avec névralgies fréquentes dans la tête, cœur à l’envers, je dois user de ménagement, j’ai besoin d’air pur. Jésus est le grand remède à tout. »

En vérité, écrire sur Jésus le guérissait. Il notait : « Ce sujet me ravit et m’enivre. Jésus et la Sainte Vierge m’assistent. J’écris au courant de la plume et je reste tout le temps en adoration. Tout autre travail me fatigue plus que celui-là, quoique j’écrive du matin au soir. Je lis ce que je dois écrire comme si je l’avais devant les yeux de l’esprit et du cœur.

« Je vous avoue que malgré un sentiment très accentué de ma misère et de ma petite valeur d’écrivain, je brûle du désir d’essayer à révéler un peu plus Jésus dans son Sacerdoce. Ce sujet me passionne. C’est tellement notre vocation que j’ai humblement confiance que Jésus m’aidera. Priez pour mon travail. »

Le 16 mai 1917 : « J’ai fini mon second volume de “Jésus mieux connu et plus aimé dans son Sacerdoce”. Je serais trop heureux sur la terre si je ne faisais que cela. L’âme perdue en Jésus, c’est comme une petite éternité. On n’a plus la notion du temps et l’on n’est plus sensible à rien de ce qui se passe sur la terre. On vit par l’âme, l’âme est en haut et semble habiter des régions célestes. Dans quelques jours je commencerai la 3e partie. »


Extrait de Georges LAPOINTE, c.f.s.,
Le père Eugène Prévost 1860-1946,
pages 268-270



Module graphique de points décoratifs

Des muséologues à la Maison générale

À quelques reprises, pendant trois mois, Pascal Fortier et Sandra Zapata sont venus répertorier les souvenirs du père Prévost et de la congrégation des Oblates de Béthanie, dans le cadre de leurs études en muséologie, ils devaient retracer l’historique, le contexte, les remarques anecdotiques, concernant ces objets. Ils devaient se limiter à une cinquantaine d’objets parmi les plusieurs centaines conservés à la Maison générale, à l’Oasis et à la Résidence Cardinal-Vachon, où sont conservés l’autel de Mgr Tarozzi et l’image de Notre-Dame du Bon Conseil. Le 10 décembre, ils ont fait une présentation de la communauté, du fondateur et de trois objets sur les 50 étudiés. Cette présentation comptait pour 20% de leur note. Au mois de janvier, les deux étudiants remettront une copie de leurs notes, révisées et approuvées par leurs professeurs, pour le futur musée des Oblates. Quatre communautés de Québec ont participé à cette recherche.

Module graphique de points décoratifs

Une exposition sur le père Prévost à Saint-Jérôme

La paroisse natale du père Eugène Prévost, Saint-Jérôme, au nord de Montréal, accueillera bientôt une exposition regroupant des souvenirs de sa vie et de son œuvre. Les Oblates ont en effet fait don au diocèse de Saint-Jérôme de plusieurs objets hérités du fondateur : livres, images, statues, objets personnels… Ces souvenirs seront exposés à la cathédrale (paroisse où le père Prévost a été baptisé, en 1860), et l’inauguration officielle aura lieu le 1er août 2016, jour qui marquera le 70e anniversaire de la mort du père. Plus de détails suivront bientôt.


Module graphique de points décoratifs

Une maison change de vocation

En mai dernier, l’Oasis Marthe et Marie, résidence pour les prêtres, devenait une maison de la Famille Marie-Jeunesse. De 2003 à 2016, les Oblates de Béthanie y ont accueilli prêtres séculiers et religieux, évêques, diacres et séminaristes, pour de courts séjours. L’un d’eux, hôte régulier de la maison, a tenu à exprimer ses remerciements dans une lettre adressée à la supérieure actuelle, S. Céline Trahan, c.o.b.


L'Oasis Marthe et Marie : une maison d'accueil pour les prêtres
L'Oasis Marthe & Marie

 * * * 

Lettre à Soeur Célile Trahan, c.o.b.

12 avril 2016

Chère Soeur Céline,

Ces mots veulent être l’expression de ma plus grande gratitude pour l’œuvre de l’Oasis Marthe et Marie. La grande qualité de l’œuvre est due très largement à votre famille religieuse, les Sœurs Oblates de Béthanie, dignes filles du bon Père Prévost.

Un merci tout spécial pour votre témoignage religieux fait de ferveur dans l’oraison, de joie dans les nombreux services diversifiés, dans votre accueil si fraternel et combien indulgent. Que dire du temps réservé chaque jour pour tenir compagnie à Jésus, pour L’adorer, Le louer, Le remercier et L’implorer. Vous m’avez permis de vivre de ces moments de ciel qui ont le don de me reposer, de m’intérioriser et même de me donner élan et dynamisme. Chacune de vos religieuses que j’ai connues et très appréciées est et demeure motif d’action de grâce.

À vous, Sœur Céline, et à chacune de vos compagnes, je vous redis ma reconnaissance et vous assure de ma prière sacerdotale au quotidien; merci aussi de me garder dans votre fervente prière. Le Seigneur sait vous rendre au centuple ce que vous faites pour nous les prêtres, pauvres pécheurs sauvés par le Ressuscité.

En Jésus, Prêtre et Pasteur, je vous bénis.
Avec toute mon amitié, G.D.

Des nouvelles de la Cause et des congrégations
22.01.2016

Tous les Amis de Béthanie sont invités à rendre grâce pour l’avancement de la Cause de canonisation du père Prévost, et à demander au Seigneur de guider les congrégations religieuses qu’il a fondées pour rendre visible la miséricorde de Jésus.

Le 4 février 2016, la Congrégation pour les Causes des saints a reconnu la validité juridique de l’enquête diocésaine sur la vie, les vertus et la renommée de sainteté du Serviteur de Dieu Eugène Prévost. C’est un pas important dans cette démarche qui nous tient à cœur.

Les deux congrégations fondées par le père Prévost se réuniront bientôt pour célébrer leur chapitre. Cette réunion, qui réunit à intervalle régulier des représentants de l’ensemble de la communauté, a pour but d’élire les personnes qui formeront le conseil général, ainsi que d’orienter la vie et l’action des religieuses et des religieux. Les Oblates de Béthanie se réuniront à Québec du 9 au 20 septembre 2016; les religieux de la Fraternité Sacerdotale, à Montréal, du 17 au 29 avril 2017.



Module graphique de points décoratifs

La vice-postulatrice de la Cause du père Prévost nous écrit…
22.01.2016

La vice-postulatrice de la Cause du père Prévost, sœur Suzanne Allard, s.a.s.v., nous écrit : « Je suis à Rome depuis le 7 janvier. Je m’adapte progressivement à mon milieu, mon milieu physique mais aussi humain, le Collège pontifical canadien. Les prêtres en résidence sont revenus du congé de Noël. Au total, ils sont 26 prêtres ou religieux, la plupart assez jeunes. C’est beau de voir cela! Il y en a du Québec, de différentes provinces canadiennes, de Californie et même un jeune Colombien de la Fraternité Sacerdotale.


Soeur Suzanne Allard, s.a.s.v., vice-postulatrice de la Cause du père Eugène Prévost
Sr Suzanne Allard, s.a.s.v.


Je partage mes repas avec eux, des moments très animés en trois langues : anglais, français et italien. Au Collège, j’ai la chance de pouvoir participer à la messe quotidienne, célébrée elle aussi dans l’une des trois langues. J’étudie à l’Université Pontificale Urbania, à 20 minutes de marche sur une des 7 collines de Rome. Notre volume d’étude compte 527 pages, tout en italien. Je continue à me perfectionner dans cette langue, en prenant des cours privés. Après une présentation par le cardinal préfet de la Congrégation pour les Causes des saints, nous avons commencé la première partie du cours, sur la théologie de la sainteté et les vertus. »




Module graphique de points décoratifs

Il y a 100 ans : Benoît XV sauve l’Œuvre sacerdotale!
30.09.2015

Le déclenchement de la Première Guerre mondiale, en 1914, bouleverse bien des activités du pèreEugène Prévost et des congrégations de la Fraternité Sacerdotale et des Oblates de Béthanie. Les religieuses avaient planifié d’ouvrir une pension pour les prêtres, située à Lourdes; elle est occupée par l’armée, ce qui compromet son ouverture. Le Cénacle de Villiers-le-Bel est également réquisitionné, et les revues éditées par le fondateur, Le Divin Crucifié (depuis 1911) et Le Sacerdoce (1914), doivent cesser leur publication.


Peinture représentant le pape Benoît XV
Le pape Benoît XV prend
personnellement le dossier en main.

Mais cette période difficile allait voir l’œuvre du père Prévost menacée dans son existence même. À la demande du pape Pie X, le fondateur avait ouvert une maison à Rome. Ce Cénacle Sainte-Thérèse devait servir à abriter des prêtres en attente de procès au Saint-Office; il servait également à la réhabilitation sacerdotale et à l’hébergement des prêtres de passage. Achetée par le Saint-Père, la maison était administrée par la Fraternité Sacerdotale, sous la responsabilité du Saint-Office. Cette double responsabilité entraîne des malentendus et des difficultés; de plus, la maison fait l’objet d’une campagne de diffamation dans les journaux, qui atteint toute l’œuvre du père Prévost. Des rumeurs courent à l’effet que la Fraternité et les Oblates cesseront d’exister. La mort du pape Pie X, ami et protecteur du père Prévost, le 20 août 1914, prive le fondateur de son soutien. Un visiteur apostolique est nommé en janvier 1915 puis, en avril, le Saint-Office décrète la fermeture de la maison.

Mais le pape Benoît XV prend personnellement le dossier en main, et transmet le dossier au Secrétariat d’État; l’intervention du pape permettra au Saint-Siège et à la Fraternité Sacerdotale de s’entendre sur les modalités de leur collaboration, permettant ainsi de garder ouvert le Cénacle Sainte-Thérèse et à la Fraternité Sacerdotale de continuer son apostolat. L’Œuvre sacerdotale du père Prévost pourra continuer de s’épanouir.



Module graphique de points décoratifs

Activités des Associés

Le 13 mars 2016, des personnes associées, ainsi que des amis des congrégations de la Fraternité Sacerdotale et des Oblates de Béthanie, ont accompli un pèlerinage à l’Oratoire Saint-Joseph, à Montréal.



Les amis des congrégations de la Fraternité Sacerdotale et des Oblates de Béthanie
Amis et associés en pèlerinage à l'Oratoire Saint-Joseph


Les membres de l’Association aux Œuvres du Père Eugène Prévost, ainsi que les personnes intéressées, sont cordialement invités aux prochaines activités de l’Association :

5 juin 2016

Anniversaire d’ordination du père Prévost; adoration communautaire et renouvellement des engagements des personnes associées.

2 octobre 2016

Adoration communautaire, méditations du père Eugène Prévost.



Module graphique de points décoratifs

Actualités de 2014 : une année de déplacements!
30.09.2015

L’année dernière aura vu les deux congrégations fondées par le père Eugène Prévost faire l’expérience du déménagement.

Les religieux de la Fraternité Sacerdotale, installés sur la rue Claremont depuis 1976, ont dû fermer leur maison d’accueil pour les prêtres. En décembre 2014, ils se sont installés dans le presbytère de l’église Saint-Zotique, rue Notre-Dame ouest, dans le quartier Saint-Henri. La résidence de la rue Claremont a été vendue en janvier 2015 à un promoteur immobilier. De leur nouvelle résidence, les religieux de la Fraternité continuent à prier pour les prêtres et à collaborer avec le clergé de Montréal.

Quant aux Oblates de Béthanie, c’est également à la fin de l’année 2014 que les religieuses âgées et malades ont quitté leur maison de Sainte-Marie de Beauce. Elles y résidaient depuis 1967, après que les sœurs Missionnaires de l’Immaculée Conception leur aient généreusement donné la propriété. Les Oblates ont aménagé à la Résidence Cardinal-Vachon, située dans l’arrondissement de Beauport, à Québec. En avril 2015, l’édifice de Sainte-Marie a été cédé à la Société Alzheimer Chaudière-Appalaches, qui y relocalisera ses bureaux. L’organisme souhaite également aménager des chambres pour les personnes atteintes de la maladie ou d’autres problèmes cognitifs qui en sont à un stade premier ou intermédiaire, et se doter d’un centre de jour et d’un gîte pour les proches aidants.

Module graphique de points décoratifs

Activités des Associés
30.09.2015

Après une période plus tranquille, causée par le déménagement des religieux de la Fraternité Sacerdotale à Montréal, les Associés à l’Œuvre du père Eugène Prévost ont repris leurs activités en mars dernier. Ils ont effectué un pèlerinage à l’Oratoire Saint-Joseph, invoquant en lui le gardien du premier Prêtre. Aussitôt que les autres activités de l’année seront organisées, elles seront annoncées ici.


Les Associés du père Eugène Prévost derrière l'autel en compagnie d'un prêtre
Les Associés réunis pour la prière