Deux soeurs Oblates priant devant la statue de la Vierge Marie

Chapitre 1975

Nous avons comme source un passé riche de Vie. Il se réalise dans un aujourd’hui débordant d’espérance et s’ouvre sur un avenir qui appelle notre fidélité créatrice.



Identité des religieuses
de la Congrégation des Oblates de Béthanie


« Nous sommes appelées à une plénitude de vie, comme PERSONNES »

Dieu veut que l’homme atteigne sa plénitude. Créées à son image, nous sommes appelées à vivre selon notre être personnel unifié en Jésus-Christ et selon notre projet de vie dans la Congrégation des Oblates de Béthanie.



« CHRÉTIENNES : enfants du Père, disciples de Jésus et filles de l’Église »

Dieu est Vie : Lumière et Amour. Or, l’amour étant diffusif de soi, le Père très bon a donné au monde son Fils unique qui nous communique sa vie. Ayant reçu au baptême l’esprit d’adoption des fils, pouvant maintenant appeler Dieu « Père », nous devenons, grâce à l’Esprit de Jésus, des adoratrices telles que les cherche le Père.

Consacrées par le baptême et la confirmation, incorporées au Christ et à l’Église, nous sommes habilitées à rendre à Dieu, par l’unique Médiateur, le culte qui lui est agréable en ayant part à l’offrande eucharistique et en nous offrant avec Lui comme une hostie vivante et sainte. Ainsi nous contribuons activement à l’édification du Corps du Christ.

Ayant été saisies, comme tous les chrétiens, par la Personne même de Jésus, nous sommes appelées comme eux à répondre à son amour par une oblation totale et définitive où notre être tout entier s’épanouit pleinement dans une vie de plus en plus conforme à Jésus Christ ressuscité, vainqueur du péché et de la mort.



« RELIGIEUSES »

Au cœur de l’Église, nous sommes rassemblées par Jésus Christ.

Chacune s’attache à Lui pour Le suivre de plus près selon l’Évangile. Sous le souffle de l’Esprit, nous cheminons dans l’espérance et la confiance, vivant fraternellement en communauté, pauvres, chastes et obéissantes.



« OBLATES DE BÉTHANIE »

À l’exemple de Souverain Prêtre s’offrant au Père en sacrifice d’agréable odeur, nous nous engageons dans la voie de l’amour par le don de nous-mêmes pour le Sacerdoce.

C’est ainsi que nous vivons le charisme particulier confié par Dieu au Père Eugène Prévost, c.f.s., pourvu que l’Eucharistie soit vraiment au centre de toute notre existence.



« adoratrices »

Le culte rendu au Père par Jésus, Prêtre et Victime, plonge ses racines dans les profondeurs mêmes de l’Homme-Dieu et de la mission de salut qu’Il est venu accomplir.

L’Eucharistie, mémorial de la Passion et de la Résurrection de Seigneur, perpétue, rend présent et applique l’acte salvifique du Christ.

Participant avec ferveur au Sacrifice eucharistique et puisant dans l’adoration qui le prolonge le dynamisme nécessaire à notre apostolat, l’amour, nous croyons que cette prière quotidienne devant le Saint Sacrement exposé est pour le monde un signe de l’absolu de Dieu et une source jaillissante, quoique mystérieuse, de fécondité spirituelle pour l’Église.



« au service du Sacerdoce »

Pour que les prêtres soient heureux dans leur état et puissent accomplir leur ministère avec fruit, nous partageons leurs joies, leurs soucis et cherchons à les aider, par notre vie de prière et notre action diversifiée dans les œuvres sacerdotales reconnues par les autorités de la Congrégation.

Nous réalisons ainsi un service éminemment ecclésial car les prêtres sont ministres de la Parole de Dieu, des sacrements, notamment de l’Eucharistie, et chefs du Peuple de Dieu.

Par Jésus, Prêtre au Saint Sacrement et dans ses prêtres, nous rejoignons tous nos frères.



« témoins de Jésus ressuscité »

Toute vraie vie surgit de la mort acceptée. On meurt avec le Christ pour vivre avec Lui.

Ouvertes à l’action de Jésus Sauveur, disponibles à sa bienveillante volonté et livrées à Son Amour pour que les prêtres soient saints, nous sommes associées à ses souffrances pour être avec Lui dans la gloire.

Permettre à Jésus, dans le concret quotidien, de revivre en nous pleinement la Pâque rédemptrice, c’est compléter en notre chair ce qui manque à la Passion du Christ pour son Corps qui est l’Église.



« vivant en communauté »

L’Eucharistie, sacrement de l’amour, signe de l’unité, lien de la charité, rassemble la communauté dans l’unité d’un même Esprit.

Le regard de foi et d’amour porté sur Jésus, notre Pain de vie, nous amène à découvrir et à aimer Son Visage en chacune des sœurs que Dieu nous a données.

Ayant reçu une même grâce de vocation, nous nous engageons à mener une vie fraternelle en communauté de telle sorte que s’intensifie l’union des esprits et des cœurs. Comme des sœurs, nous voulons nous soutenir et nous entraider mutuellement dans la vie de foi, de prière et de dévouement.

Ainsi, nous grandirons ensemble dans la charité pour témoigner que Dieu est Amour.



« dans la pauvreté »

Dans l’Eucharistie, Jésus demeure ce qu’Il est : le Fils comblé du Père, Verbe incarné, qui vient faire partager aux hommes sa joie filiale de ne rien posséder par Lui-même et de tout recevoir du Père.

Par amour pour Jésus et comme Lui, nous choisissons librement de vivre la béatitude des pauvres, ensemble et personnellement. La profession de pauvreté évangélique nous conduit à tout partager, à vivre dans la modération complète, le travail et la pleine dépendance dans l’usage et la disposition des biens.

Sous le souffle de l’Esprit d’amour et dans une confiance absolue en Jésus, nous voulons également vivre dans la liberté devant tous les appuis créés, dans la simplicité accueillante et l’action de grâce joyeuse des enfants du Père très bon.



« l'obéissance »

Le suprême geste d’obéissance de Jésus au Père est sans cesse rendu présent à notre souvenir dans le mystère eucharistique. Faire la volonté du Père qu’Il aime : tel est le sens de la vie de Jésus.

À son exemple, notre obéissance comporte la pleine donation à Dieu de notre volonté dans la soumission aux autorités légitimes. Nous voulons porter un regard de foi sur l’Église, l’Écriture, la communauté, les Supérieures, les tâches,les événements : toutes réalités susceptibles de nous exprimer la volonté de Dieu ratifiée cependant par nos Supérieures qui tiennent sa place et nous invitent à dire OUI, PÈRE. Ayant misé totalement sur le Christ, nous Lui laissons toute liberté pour diriger notre vie sachant bien que l’obéissance religieuse authentique conduit à la maturité personnelle en faisant grandir en nous la liberté des enfants de Dieu.


Au mois d'octobre 1968, les soeurs Oblates dans les plaines de l'Ouest



« et la chasteté consacrée »

Le geste unique de Jésus se consacrant à son Père et se livrant aux hommes qu’Il aima jusqu’au bout, nous incite à vivre pleinement l’esprit sacerdotal de notre baptême : témoins de l’Amour dans la chasteté consacrée à Dieu.

Ce pur don de l’Esprit ouvre notre cœur pour qu’il brûle de l’amour de Dieu et de tous les hommes.

Soutenues par la communauté fraternelle qui favorise l’épanouissement de ce don, nous cherchons en fidélité à un plus grand amour à témoigner dans la rencontre du Seigneur dans les autres d’une charité sans limite ni frontière; signe de la présence du Seigneur ressuscité.

En éveillant nos cœurs à un amour préférentiel pour Jésus, la chasteté vécue pour Dieu en vue de son règne, symbolise l’union merveilleuse du Christ avec l’Église, son Épouse : Il l’a tant aimée pour qu’elle vive à jamais!



« pour que soit manifestée la puissance de la Présence sacerdotale de Jésus dans l’Église »

Jésus-Prêtre au Saint Sacrement est l’objet d’un culte particulier dans la congrégation.

Nous existons pour Jésus dans ses prêtres afin qu’ils soient conformes au divin Maître. Que, par la grâce de Dieu et l’intercession de Marie, un prêtre soit rendu plus saint, Jésus est glorifié dans son Sacerdoce et nous en sommes heureuses.

Dans la foi, nous vivons avec la ferme assurance que, dès maintenant, nous participons, dans l’attente de son Jour glorieux, à la vraie vie de Jésus, Médiateur unique et sans péché.

À Celui qui nous aime, qui nous a délivrées de nos péchés par son sang, qui a fait de nous un royaume, des prêtres pour Dieu son Père, à Lui gloire et puissance pour les siècles des siècles. Amen.

*Texte voté au Chapitre général de 1975

Module graphique de points décoratifs
Au temps de la guerre, le père Prévost en présence d'un officier militaire
  La paix dans l’abandon : Ne trouvez jamais à redire aux contrariétés, aux difficultés, aux ennuis quels qu’ils soient. Pourvu que Jésus soit content, cela suffit et cela doit faire votre bonheur.   
Extrait du Conseil spirituel n° 7
Statue de la Vierge au petit doigt pointant 
        vers l'Enfant-Jésus couronné et tenant la sainte Hostie
À propos de la Vierge au petit doigt
« Tenant l’Enfant-Jésus, et nous le montrant si éloquemment du doigt, elle est comme la Vierge Prêtre dans son ministère d’oblation. »
Père Eugène Prévost