Photo encadrée du père Eugène Prévost à proximité d'une gerbe de fleurs

Congrégation : Identification visuelle

Le logo COB

Le « C » pour « Congrégation », représente l'aspect communautaire et fraternel.

logo des Oblates de Béthanie

Le « C » enveloppe le « O » pour « Oblates ». Le lien communautaire tient une place centrale dans la vie d'une Oblate.

logo des Oblates de Béthanie

La croix, symbole chrétien, représente Jésus, Prêtre éternel et Victime.

logo des Oblates de Béthanie

Le « O » englobe l’Hostie, centre et foyer (en plus de l’aspect communautaire) de la vie des soeurs Oblates.

logo des Oblates de Béthanie

On reconnaît à la fois la Communauté réunie autour de l’Hostie et la Communauté autour de la vie oblate ou de la sœur Oblate.

logo des Oblates de Béthanie

Et finalement, le « B » pour Béthanie.

logo des Oblates de Béthanie

La couleur bleu royal souligne le caractère marial et féminin de la Communauté.

logo des Oblates de Béthanie

Module graphique de points décoratifs

Les armoiries de la Congrégation des Oblates de Béthanie

Les armoiries se lisent comme suit : À senestre du chef d’azur chargé d’un calice d’or, surmonté d’une hostie rayonnante d’argent. À dextre de la pointe de gueules, au pélican d’argent, avec ses deux petits sur son aire du même. L’écu accompagné de deux listels chargés des mots Congregatio Oblatarum a Bethania – Laudetur Jesus Sacerdos.

Armoiries de la Congrégation des Oblates de Béthanie

Simples dans leur présentation, nos armoiries mettent bien en valeur les deux aspects de notre vie religieuse : l’adoration du Saint Sacrement et le service des prêtres.

Placé en tête de l’écu, le calice surmonté d’une hostie donne la primauté à la vie de prière sur l’apostolat. Sa coupe, de forme romane, rappelle notre attachement au Siège de Pierre. Le calice d’or représente Jésus, le Prêtre de toute charité : « Dieu est charité » (1 Jean 4, 8). Le calice d’or surmonté d’une hostie rayonnante d’argent est le symbole de l’adoration.

Ce qui est placé en pointe est en dépendance de la partie supérieure.




Vitrail illustrant 
                un pélican nourrissant ses petits
Le pélican, symbole eucharistique

Selon la légende, le pélican, n’ayant rien trouvé, se perça la poitrine pour nourrir ses petits. C’est l’image de Jésus donnant sa vie
pour ses amis.

Le pélican d’argent est le symbole de l’apostolat. Selon la légende, le pélican, n’ayant rien trouvé, se perça la poitrine pour nourrir ses petits. C’est l’image de Jésus donnant sa vie pour ses amis. Ainsi la religieuse Oblate de Béthanie doit donner sa vie pour les prêtres.

Le pélican est représenté sous sa forme la plus sauvage. Le nid, d’aspect rude, ressemble à une couronne d’épines et suggère l’état de victime. L’image des trois gouttes de sang sur la poitrine du pélican, classique en littérature, est fréquemment utilisée par l’imagerie religieuse et se retrouve appliquée à Jésus Eucharistie dans cette strophe de l’Adoro Te composée par saint Thomas d’Aquin :

  Pélican plein d’amour, ô Seigneur Jésus, purifie de ton sang mon impureté, ce sang dont une goutte aurait pu suffire à sauver l’univers de tous ses péchés.  

Les couleurs ont aussi leur signification. Nos armoiries présentent les mêmes couleurs que celles de la ville de Paris et suggèrent que notre première maison fut fondée dans cette cité. L’or signifie gloire, grandeur et charité. L’argent signifie pureté, foi et constance. L’azur est signe de sérénité, de religion et de culte envers la Vierge Marie. Le rouge symbolise l’amour, l’ardeur et la charité envers les prêtres.


Module graphique de points décoratifs


Image conceptuelle de fleurs éclairées par le soleil
  Confiance • L’important est de connaître qui vous guide : Jésus! et de mettre en Lui seul toute votre confiance. Que votre bonheur soit de vous savoir
à Lui et de Le savoir à vous.  
Extrait du Conseil spirituel n° 6
Revue les amis de Béthanie
Naissance sur le monde
C’est à Saint-Jérôme de Terrebonne, le 24 août 1860, qu’Eugène Prévost ouvrit les yeux sur ce monde où il ne tardera pas à proclamer le Nom de Jésus. Son père, Jules-Édouard Prévost, est médecin et il occupe, dans le village d’alors, une place non seulement honorable mais singulièrement efficace. Dieu trace le chemin, Sr Michelle Garceau