textes pouvant aider à la formation des associés, et aussi alimenter la réflexion des visiteurs du site
Photographie d'un champs de fleurs en plein soleil de midi

Congrégation : Formation

Formation

Personnes associées

Une personne du groupe de Montréal, Madame Manon Bissonnette, a bien voulu partager son expérience d’associée aux Œuvres du père Prévost; nous l’en remercions beaucoup.


Photo de Mme Manon Bissonnette, associée aux Oeuvres du père Prévost
MME MANON BISSONNETTE

C'est quoi être associée?

Concrètement, c’est faire une heure d’adoration par semaine pour les prêtres; c’est approfondir la spiritualité du père Prévost; c’est aller à trois ou quatre rencontres par année; c’est se rendre au chevet des prêtres malades et s’abonner à la revue pour encourager le travail des sœurs Oblates de Béthanie. Tout cela n’est pas exigé; nous sommes libres de participer ou non. Ça, c’est un bref résumé mais dans les faits, être associé, c’est bien plus que cela!

Est-ce que le message du père Prévost est toujours actuel en 2017?

Je souhaite à tout le monde de lire un jour la biographie du père Prévost écrite par le père Lapointe. Si vous croyez à la Présence eucharistique, vous allez vous émerveiller de cette intimité d’amour qu’il avait avec Jésus et qui, par le fait même, nous invite à suivre son exemple, à approfondir cette relation d’amour avec le Christ dans notre propre vie spirituelle. Sans oublier son amour pour les prêtres qui l’a consumé tout au long de sa vie. Lorsque nous lisons les écrits du père Prévost, il est facile de constater qu’il fut un homme ayant un caractère bien trempé, qui a été immolé par la souffrance, autant physique que spirituelle et qui n’a reculé devant aucun obstacle pour parvenir à l’unique but : faire la volonté de Dieu.

Alors, comment rendre actuel son message qui semble à prime abord, avouons-le, peut-être un peu archaïque en 2017? S’il est vrai que les écrits du père Eugène Prévost sont imprégnés des enseignements de Vatican I, il va sans dire que c’est sa relation personnelle avec le Christ qui représente la vraie perle de son enseignement. « Jésus, Jésus seul! » est une parole qui, tel un étendard, nous fait comprendre le véritable enjeu de ses œuvres pour lesquelles il s’est tenu debout, solide comme un chêne : Jésus Prêtre; Jésus, Prêtre et Victime au Très Saint Sacrement, et Jésus Victime dans le Sacerdoce donné au prêtre qui devient par le fait même le représentant des choses du Ciel sur la terre pour nous offrir le salut. Ah oui! de nos jours, le salut n’est plus un sujet trop à la mode… mais est-ce cela signifie qu’il n’existe plus pour autant? Comme on dit : « Nous ne sommes pas créés pour ce monde ci mais pour l’Autre.

Pourquoi suis-je associée?

Je crois que le message du père Prévost est plus que jamais actuel parce que la guérison, la consolation, bref, tout ce dont l’être humain a besoin se trouve dans le Christ, dans la pratique des sacrements ainsi que dans l’adoration eucharistique. De plus, les rencontres avec les autres associés, les partages et les conférences, les histoires de vie si enrichissantes qui donnent souvent l’impression que le père Prévost nous assiste, toute cette fraternité qui se développe les uns avec les autres font partie de la joie d’avoir choisi de m’impliquer avec les Œuvres du père Prévost. Sans oublier le dévouement incomparable de frère Michel, toujours disponible à répondre à nos questions avec cette délicatesse qui le caractérise. Merci à vous qui m’avez lue, et j’espère de tout cœur que ce partage vous apportera l’étincelle nécessaire qui vous inspirera de participer aux Œuvres du père Prévost. En union de prière!


Module graphique de points décoratifs
En médaillon, illustration du père Prévost
Le père Eugène Prévost

Sacerdoce : mission surnaturelle
dans une humanité si fragile

Dans le parcours de sainteté que le père Eugène Prévost propose aux prêtres, il y a cette volonté d’aller au bout de l’amour qu’il tente d’inoculer dans leur cœur, et qui se manifeste par le renoncement de soi afin de s’unir dans un cœur à cœur immersif avec Dieu, au point que de ne faire qu’un avec lui. Pour le père Prévost, le service du prêtre est l’actualisation du dévouement à la personne du Christ incarné dans notre humanité, perpétuant son œuvre surnaturelle de rédemption du monde à travers l’extrême fragilité d’un homme, lui-même chancelant ou fatigué sur la route du salut. Est-ce que le prêtre est alors déifié? Certes non! Puisque le père Prévost, par la fondation des deux œuvres, reconnaît par le fait même la fragilité des prêtres; cependant, loin d’abdiquer devant celle-ci, le fondateur met en relief le côté surnaturel de cette mission particulière, plutôt céleste qu’administrative, dans laquelle le prêtre s’est engagé. Pour le renforcer dans sa tâche, le Saint Sacrement est la présence de l’amour incarné, refuge par excellence de l’homme reconnaissant sa misère humaine en toute humilité afin qu’il soit fortifié dans le Christ. Comme le disait Mgr Tarozzi au père Prévost dans les débuts des fondations : « Nous sommes comme des bâtons que le bon Dieu habille de ses grâces, et souvent le bâton est piqué ou pourri. »

Eugène Prévost a été prêtre au service des prêtres, non pas pour servir les élèves mais le Maître en eux. Donner un goût du ciel sur la terre aux prêtres pour leur rappeler que le Christ les a d’abord appelés le premier, et qu’ils ont répondu à l’appel par la suite. Le père Prévost ramène le Christ au cœur de ces hommes pour laisser l’amour les consumer à nouveau afin de mieux éclairer l’Église, le peuple de Dieu. Renoncer à soi pour adorer, Jésus, le suivre et le servir, voilà le renoncement à soi-même par excellence, qui manifeste que deux personnes n’en deviennent qu’une seule : « Le prêtre doit être UN avec Jésus. » Voilà la définition d’un saint prêtre selon le Eugène Prévost.

Si Dieu est aimé par-dessus tout, le prêtre prendra les moyens nécessaires pour affronter ses difficultés. Aider un prêtre, pour le père Prévost, ce n’est rien de moins que d’essuyer les larmes du Christ souffrant, se révélant dans la fragilité de l’homme de Dieu. L’entraide sacerdotale vient de là. N’y a-t-il pas plus beau spectacle au ciel que de voir le cœur d’un prêtre être épris d’une flamme d’amour encore plus ardente pour Jésus? N’y a-t-il pas plus belle adoration que de voir un prêtre qui renaît à son premier amour, le cœur brûlant pour le Christ, et à sa suite consumant l’envie du péché dans les âmes, pour les élever à s’unir davantage à Jésus, Sauveur du monde?

Prions incessamment pour les prêtres car la santé spirituelle de l’Église est entre leurs mains.


Module graphique de points décoratifs

Sans Dieu,
je ne fais rien qui vaille

Le père Prévost a souvent mentionné que le plus important est de nous trouver là où Dieu veut que nous soyons dans notre vie. C’est la bénédiction par excellence de Dieu sur nous que d’être dans sa volonté; il faut la rechercher comme étant le bien le plus précieux qui soit. Être dans la volonté de Dieu se résume à ces deux mots : « Jésus, aimer », comme l’a dit le père Prévost sur son lit de mort. Jésus est l’exemple parfait d’être dans la volonté de son Père, et nous devons nous appliquer à faire de même.

La voie de la sainteté est exigeante; les demi-mesures sont inutiles, d’autant plus que nous ne pouvons pas nous faire un Dieu à la carte, c’est-à-dire choisir ce qui nous convient et rejeter ce qui nous indispose. De toute façon, est-ce que le monde est plus heureux sans Dieu? Nous courons à aller toujours plus vite, plus loin, plus haut. Dans quel but? La réussite! La quête du bonheur! Mais que vaudra cette réussite et cette quête du bonheur sur notre lit de mort? Comment nous cacherons-nous de la face de Dieu lorsque notre heure sera venue?

Le père Prévost nous enseigne que, sans Dieu dans notre vie, nous ne faisons rien qui vaille la peine. Dieu sait ce à quoi nous devons véritablement aspirer. Dieu doit occuper la première place dans notre vie, pour nous reconnecter à la Source de vie. Sans le phare de sa présence, les gestes que nous posons deviennent spirituellement stériles et nous nous égarons dans de fausses quêtes. Les magnifiques commandements préparent l’âme à recevoir la grâce de Dieu et à faire grandir les vertus telles que l’humilité. Ce mot était si cher au père Prévost! C’est la porte d’entrée du ciel par excellence! Se faire petit, serviteur, soumis à cet amour de plus en plus brûlant pour Dieu, voilà ce qu’est une vie qui a de la valeur... le reste n’est que vanité et illusion.

Écoutons bien le père Prévost nous enseigner : « Ce n’est pas à nous à former des plans mais à réaliser ceux que Jésus a faits pour nous. Il est si facile d’obéir, nous à qui rien n’est dû, nous qui ne possédons rien de nous-mêmes, nous qui n’avons aucun droit et qui sommes constamment, par notre nature de créature, pécheresses et indignes des choix et des tendresses de notre Créateur. Il a payé notre rançon de son sang et de sa vie. Comme il y a du bonheur à se sacrifier, à s’immoler pour reconnaître que Jésus est tout, pour suivre la trace de ses pas, pour réaliser dans notre vie ce qui a été le caractère de la sienne. » (Méditations, tome I, p. 168.)

Qu’est-ce que cela veut dire? Que seul Jésus peut nous rendre véritablement heureux dans cette vie et dans l’autre. L’être humain a inventé bien des choses mais n’a jamais rien créé. Dieu a tout créé : il est la réponse à cette réussite et ce bonheur que nous cherchons tant! Rien ne lui est impossible. En passant, rassurons-nous, s’immoler revient à rechercher la volonté de Dieu en ôtant de notre vie ce qui n’y correspond pas. Dieu s’est penché sur nous pour nous conduire à la vraie réussite. Répondons à son invitation!


Module graphique de points décoratifs

Prêtres :
visez la sainteté!

Plusieurs écrits du père Eugène Prévost sont destinés aux prêtres pour les encourager, les exhorter, les consoler par les éclaircissements dont le Christ a bien voulu l’honorer. « Je veux devenir un saint » est une phrase forte. Le parcours spirituel du père Prévost nous parle d’une vision : celle de tout laisser entre les mains de Jésus et de Le laisser faire. C’est devenir malléable, entre les mains d’un être rempli de tant d’amour pour son prêtre qu’il n’y a plus rien à craindre. Lorsque les difficultés viennent bouleverser les objectifs fixés, il faut redoubler d’ardeur à s’agripper à la foi, seul rempart solide des croyants, particulièrement lorsque l’habit sacerdotal est porté. Le père Prévost a eu une foi à toute épreuve en Jésus; c’est son désir de vouloir devenir un saint qui a porté ses décisions et ses actions. Comme l’a dit le père Damien Bokossa dans sa présentation de la biographie du père Prévost écrite par le père Lapointe lors de la dernière rencontre des personnes associées : « Le père Eugène Prévost rappelle aux prêtres que la sainteté fait partie des possibles si nous l’admettons comme une visée de notre sacerdoce. Tout prêtre devrait lire la biographie du père Prévost! »

Que se passe-t-il lorsqu’un prêtre abandonne la main du Bon Berger? L’homme se trouve de plus en plus livré à lui-même et le danger encouru est le découragement et la lassitude du service de la communauté. Évoquant des moments plus pénibles, le père Prévost manifeste plus ardemment son désir de se laisser guider par Celui qu’il aime par-dessus tout. Aucune contestation devant le brouhaha qui, de toutes les façons, passera tôt ou tard. Faire « un » avec le Christ, c’est lui ressembler dans ce qu’il y a de plus petit et de plus grand, dans le rire ou les larmes. Le père Prévost ne se gratifie de rien sinon que d’aimer, de servir et de se donner entièrement à cet amour pour le Christ qui le console dans ce désir ardent d’être saint. Il n’y a rien de méritoire à cela; seulement d’être le serviteur inutile qui se sent honoré d’avoir été choisi par le Souverain Prêtre. Dans cette optique, on comprend pourquoi même la souffrance est accueillie comme une attention particulière de Jésus. Tout est selon le gré du Maître car il faut être conscient du privilège d’être aimé de Dieu pour avoir été appelé au sacerdoce.

En lisant les lettres circulaires écrites par le père Prévost, on constate qu’il aime les prêtres d’un amour inconditionnel. Il les appelle affectueusement « les Miens », le M majuscule spécifiant bien qu’ils appartiennent d’abord à Jésus; il s’empresse d’avoir de leurs nouvelles; leur souffrance est la sienne ainsi que leur joie. N’est-ce pas que le Seigneur aussi doit appeler ses prêtres « les Miens »? Prêtres, visez la sainteté! Ne vous laissez pas emporter par ce qui est temporel mais saisissez-vous de l’armure que le Maître vous a donnée pour conduire à la sainteté tous ceux et celles que le Seigneur vous confie. Est-ce que l’enfant ne reçoit pas les traits de caractère du père? Que votre trait le plus évident soit votre désir de sainteté allumé par l’amour fou que vous éprouvez pour le Christ!